top of page
  • Photo du rédacteur...

(S’)AIMER. Un cœur qui bat pas que pour soi.

Apres « HAB(R)ITER ou si bien chez soi » (2022), « MANGER !? Regarde dans ton assiette » (2023), l’expo 2024 de la Fabrique de Soi-Laïcité Brabant wallon nous permet de découvrir une troisième thématique essentielle : « ( S’)AIMER. Un cœur qui bat pas que pour soi ».

S’aimer soi-même ou le fait de s'accepter et d'être en paix avec soi-même et avec ses décisions est le premier axe de cette nouvelle exploration artistique. Quand on s'aime, cela signifie que l'on a reconnu et que l'on a conscience de sa propre valeur. De ce fait, on accomplit ce qui est bon pour soi. Se plaire, se trouver bien. C’est le gros défi quotidien de la Fabrique de Soi : renforcer la confiance en soi et l’estime de soi.

S’aimer dans la relation à l’autre, le second axe, explore notre capacité à créer du lien avec les autres et à préserver la relation. Lorsqu'on s'attache à quelqu'un, ce n'est pas si simple. On se pose plein de questions. Il s'agit d'accepter de faire confiance à cette personne et de se laisser aller dans la relation. Tout un programme ! Tout un programme aussi que d’avoir son cœur qui bat pour les autres, jusqu’à en défendre des causes et des droits.


Et pour concevoir cette expo…Les sources d’inspiration n’ont pas manqué : combien de chansons et mélodies n’ont-elles pas été écrites comme « Quand on n’a que l’amour » de notre Brel national ? Combien d’auteurs, d’écrivains ou de réalisateurs n’ont pas mis en exergue cette thématique comme Tim Burton et sa fameuse « Mécanique du cœur » ; ou Sempé et Goscinny avec leur célèbre « Le Petit Nicolas » et ses copains. Citons également « La Guerre des boutons » évoquant l’amitié parfois mêlée de cruauté ; combien de marguerites effeuillées au rythme de « Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout ! » ? Combien d’œuvres devenues chefs-d’œuvre telles que « La valse » de Camille Claudel, « Le baiser de l’hôtel de ville » de Robert Doisneau ou encore « Les deux personnages gesticulant », comme portés par l’euphorie de leurs sentiments de Keith Haring ou « Le baiser » de Gustave Klimt ? Combien de représentations rouges et ses variantes allant du rouge sang au rouge carmin ? Combien de carnets de poésie où les enfants expriment leurs sentiments tant amicaux qu’amoureux ? Combien, aussi, de conventions, chartes n’ont-elles pas été écrites ou encore de contrats pour affirmer le lien du mariage, ou autres.


Alors puisque tout le monde s’exprime sur ce sujet…pourquoi à notre tour nous en sommes-nous emparés ? Parce qu’aimer ou s’aimer… cela s’apprend, s’explore, se développe, se réfléchit, se pense et qu’il est de notre mission d’école de devoirs d’éveiller les enfants à tous les apprentissages y compris ceux des sentiments, des émotions et des valeurs. Il est trop fréquent de voir ou d’entendre des enfants se chamailler, se narguer, s’insulter…et de dire « on rigole ». Leur apprendre alors à dire autrement ; à décoder certains extraits du texte du « Le Petit Prince » et à comprendre ce que signifie « (S’) apprivoiser » …avec au final cette ambition leur apprendre à agir avec humanité, d’« en avoir plein le cœur » pour leurs proches, pour leurs moins proches, pour défendre des causes, des réalités, des valeurs. Avec « (S’) AIMER. Un cœur qui bat pas que pour soi » la Fabrique de Soi montre qu’elle est aussi une fabrique de liens : liens d’amitié, liens de solidarité, liens faits d’intergénérationnel, de confiance, de respect. Liens qui se font ou se défont ; liens forts et durables ou liens éphémères.


Ainsi, au fil de ces inspirations et des classiques de l’Espace Créa de la Fabrique, une des réalisations des enfants fera peut-être le buzz de l’exposition. Vous y découvrirez des boites telles des boites à insectes ou mini cabinet de curiosités intitulé « Mes indispensables pour aimer ». Suite à un atelier de parole où les enfants ont évoqué ce qui était nécessaire pour aimer…Citant pêle-mêle des ingrédients comme la douceur, le rire, le jeu, les secrets, le respect, mais aussi leur téléphone, etc. Pour permettre aux enfants de réaliser cela, un véritable « magasin » existe au sein de l’Espace Créatif contenant différents types de tissus, ouate, papiers de verre, fils, cordes, aimants, épingles, trombones, cailloux, morceaux de sucre, capsules, bouchons, petites figurines, petits objets et autres Playmobil !



Concrètement ?

Retenez donc la date de l’inauguration de cette expo -ouverte à tou.te.s- : le 28 juin à 19h au Centre culturel de Tubize, en présence des enfants et ados artistes ET du Délégué général aux droits de l’enfant, Solayman Laqdim qui ne manquera certainement pas de nous rappeler un des droits fondamentaux des enfants, à savoir celui d’être aimé et protégé.


L’expo sera ouverte librement au public le samedi et dimanche 29 et 30 juin de 14 à 17h. Et, sur rendez-vous, les 1er, 2, 3, 4, 5, 6, 10 et 11 juillet 2024. Pour les visites en solo, en familles ou avec un groupe (scolaire ou associatif).


Infos et réservations : 02 355 04 76

18 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page