Radio27 Radio27

Pour qui roule la ministre de l’Éducation ?

Les enseignants de la FWB ont récemment reçu une circulaire signée par la ministre Marie-Martine Schyns, qui attire leur attention sur des « ateliers Philo-Théo » à organiser pendant l’année scolaire à destination des élèves des 4e, 5e et 6e primaires.

Ce programme, dont l’objectif « (…) est de stimuler le questionnement des élèves et de les inviter à développer leur réflexion à partir d’un support (un texte de spiritualité, une œuvre d’art, un conte, etc.) qui étonne et qui provoque le questionnement (…) ». On ne peut qu’applaudir.

Louable intention en effet, d’autant qu’il est précisé que « l’animateur est dans une attitude de recherche, il ne suggère ni n’impose aux élèves ses propres réflexions ou découvertes et il est conscient que son objectif d’apprentissage est la réflexion critique des participants ». Parfait !

Il est également précisé que « ces ateliers seront animés par Monsieur Jean Brunelli, Maître assistant, et Madame Pascale Otten, Inspectrice ». On est en confiance.

Vérifions pour en avoir le cœur net. Nous nous sommes procuré le dossier de présentation des Ateliers Philo-Théo. Comme dit plus haut, la phrase contenue dans la circulaire évoque comme support de réflexion « un texte de spiritualité, une œuvre d’art, un conte, etc. ». Or, le dossier parle, lui, d’un « texte biblique ou un texte de spiritualité, une œuvre d’art, un conte ». La ministre a donc délibérément occulté le « texte biblique ». Même subterfuge quant aux animateurs : renseignement pris, Jean Brunelli est effectivement « Maître assistant »… à l'École Normale Catholique du Brabant Wallon. Et Pascale Otten est bien « inspectrice »… diocésaine principale de l'enseignement ordinaire et spécialisé subventionné.

Pourquoi  cacher ces informations qui revêtent une importance considérable dans le contexte actuel où l’on débat âprement de l’avenir des cours dits « philosophiques » ? Parce que cela risque de révéler un certain manque d’impartialité, voire l’orientation religieuse desdites animations ?

Poursuivant la lecture du dossier, les enseignants qui veulent « en savoir plus » sont invités à se procurer les ouvrages de la Collection Mosaïques des éditions De Boeck. Leur site web la décrit, dans sa catégorie « religion », comme suit : Parcours de religion catholique pour les élèves de 10 à 12 ans et maturité correspondante pour l'enseignement spécialisé. Parmi les auteurs on retrouve, sans grande surprise, Brunelli et Otten.

On en arrive ensuite au premier exercice pratique dont la référence est Lc 4, 1-13. Ne cherchez pas : c’est une référence à l’évangile de Luc, dont les versets 1 à 13 du chapitre 4 sont ensuite reproduits in extenso comme support à la discussion. Le reste est à l’avenant.

Alors qu’il  n’est pas le rôle d’un ministre de prendre position en faveur d’une opinion philosophique spécifique, Madame Schyns fait ouvertement mais de façon détournée la promotion d’une évangélisation des classes de primaire. On voudrait faire rentrer par la fenêtre un cours de religion qui sort par la porte qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Le Centre d’Action Laïque souhaiterait que la Madame Schyns justifie de cette opération qui semble bien éloignée des missions d’une ministre communautaire de l’Enseignement obligatoire englobant, notamment, l’école publique.